Centre LGBT Paris-ÎdF, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris et Île-de-France

Référendums et mariage gay

 

Le 22 mai 2015, la République d’Irlande est devenue le premier pays à permettre, par référendum, à deux personnes du même sexe de se marier ; le 4e pays en Europe à donner l’occasion aux citoyens de prendre la décision de manière populaire. Pourtant, les référendums sont-ils le bon moyen de prendre une telle décision ?

Tout d’abord, un référendum, selon le Larousse, se définit par un procédé de démocratie semi-directe permettant aux citoyens de manifester eux-mêmes un choix politique. La Suisse est un pays exemplaire qui pratique un système politique semi-direct. Au lieu d’avoir une décision imposée par le gouvernement fédéral, soit le peuple décide à titre individuel soit il vote par cantons. Parfois les deux sont pris en compte pour avoir une « double majorité ».

Les démocraties se caractérisent par la liberté d’expression et de voter, chacun sa voix. Le droit de voter, le droit de s’abstenir du vote et le vote blanc sont garantis. Quoi qu’il en soit, chaque action comprend un message clair vis-à-vis de la question posée. Bien sûr, les référendums ont leurs avantages et leurs inconvénients. Ils encouragent la participation de la population dans la vie politique du pays, mettent au courant les citoyens des enjeux pertinents du pays et finalement renforcent la démocratie d’un pays. En 1905, la Norvège a gagné son indépendance par référendum, 99,95% de l’électorat a voté oui. L’ensemble des citoyens se sentait concerné par cette décision, peu importent leurs différences ; c’était une question de fierté nationale. Pareillement, le pays nordique a voté deux fois pour rester hors de l’Union Européenne avec une participation de 79% en 1972 et 88,6% en 1994.
Néanmoins, quand on organise un référendum, il vaut mieux éviter les questions qui peuvent éventuellement aggraver les divisions dans une société. Si un jour la Belgique décidait qu’une seule langue officielle va suffire pour l’administration publique, le français perdrait son statut en raison de la puissance démographique des Néerlandophones. Cette décision servirait à dégrader les tensions entre les deux groupes linguistiques. Ainsi, un référendum au sujet des droits des minorités risque d’être exploité. La formulation des paroles du référendum est de plus haute importance. La question doit être claire et précise pour un résultat qui reflète le mieux la volonté des citoyens. Sinon on risque de manipuler le vote au profit des ambitions du pouvoir politique.

Antérieurement, la Croatie, la Slovénie et la Slovaquie avaient organisé un référendum remettant en cause la définition du mot « mariage », chacune a décidé que le mariage est un droit uniquement réservé entre un homme et une femme. La participation de chaque pays respectivement était de 37,9%, 30,1% et 21,4% de la population ayant le droit de vote. En revanche, 61% d’électeurs irlandais se sont présentés au vote.
Pourquoi donner la parole à une population qui ne se sent pas forcément concernée ? Peut-être les Irlandais ont-ils une forte idée de ce qu’est l’égalité, contrairement aux autres qui ont préféré rester dans les traditions. Un petit rappel, tous ces quatre pays sont historiquement catholiques. Aussi, l’Irlande du Nord interdit le mariage homosexuel. Chacun de ces pays a ses problèmes et le mariage, surtout pour les LGBT, ne semble pas être ni grave ni urgent. Cela donne aussi l’occasion aux groupes conservateurs et extrémistes de désunir un groupe minoritaire.

Les référendums sont importants dans une démocratie, mais ceux-ci ne sont pas toujours la meilleure solution pour l’avancée des droits de l’homme. Une juste démocratie se devrait de protéger les droits de ses minorités parce qu’elle fait partie de la nation. Si un référendum pour la légalisation du mariage pour tous avait été proposé en Afrique du Sud, il y a une forte probabilité que les électeurs auraient voté non. Cependant, comme la Nouvelle Zélande et l’Uruguay, une décision pour l’égalité a été prise. Référendum ou pas, les opposants auraient fait monter leurs voix.
L’Irlande sera notée dans l’histoire en tant que premier pays à avoir légalisé le mariage homosexuel par voie de référendum, un pas en avant pour la démocratie et l’égalité. Elle sera un modèle pour d’autres pays qui discuteront de la question du mariage homosexuel. Il ne faut pas oublier que les citoyens sont les responsables de leur démocratie et quand on se pose une question par référendum, il est très important que l’on soit informé et prêt à prendre la bonne décision pour faire avancer la société.

Thomas Shamuyarira



Faire un don au Centre LGBT Paris-ÎdF, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris et Île-de-France Adhérer au Centre LGBT Paris-ÎdF, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris et Île-de-France


© Centre LGBT Paris-ÎdF | Page des Volontaires | Page du CA | Réservation de salles | Plan du site | Contacter le webmaster | Site réalisé avec SPIP 3.1.6