Centre LGBT Paris-ÎdF, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris et Île-de-France

Juin 1979 : un été fondateur

 

En ces années 70 finissantes, le Groupe de Libération Homosexuelle de Marseille, un des GLH les plus actifs de France, décide de réunir l’ensemble des groupes nationaux pour mener des réflexions communes, dessiner la société de demain, et faire la fête. La toute première édition des Universités d’Eté Homosexuelles est organisée dans la cité phocéenne du 23 au 28 juillet 1979, avec l’appui du maire de la ville, Gaston Defferre.

Cette initiative part d’un constat simple : durant les mois précédents, les cas de discriminations et d’interdictions professionnelles se sont multipliés à l’encontre des homosexuels (affaires Croissant, Fourniols, Rossignol…). Disséminée entre de multiples GLH locaux indépendants les uns des autres, la communauté homosexuelle ne dispose d’aucune structure organisée, à même de réagir et de porter les revendications nécessaires. D’où l’idée de réunir pendant une semaine des acteurs de tous horizons, qui réfléchiront sur les moyens d’action futurs.

Venus de partout en France et en Europe, les participants vont et viennent à Marseille pendant une semaine, au gré de tables rondes, conférences, pique-niques, débats, excursions dans les calanques, bals et fêtes diverses. Le lundi 28, c’est une nuit du cinéma homo qui accueille les « universitaires ». Tout se terminera le samedi suivant par un grand gala (qui réunit près de 2.500 personnes) pour les droits et les libertés des homosexuels, après un défilé sur la Canebière durant l’après-midi.

La conséquence principale des UEH est la création d’un collectif national, le COUAR (Comité d’urgence anti-répression) qui diffusera la communication et coordonnera de manière permanente les différents GLH afin d’organiser enfin une riposte immédiate face à tous les cas de répression à venir. Très vite rebaptisé CUARH (Comité d’urgence anti-répression homosexuelle), la nouvelle fédération se donne rendez-vous à Paris, dès les 29 et 30 septembre.

Cette grande rencontre de rentrée signe le véritable démarrage du nouveau collectif, appelé à jouer un rôle majeur au début des années 80. Elle officialise le lancement d’une ligne téléphonique, « Homo-recours ». Elle décide la création d’une affiche de communication nationale sur les discriminations, et la mise en place d’un véritable travail de fond sur les interdictions professionnelles. Certes, les premières tensions entre Paris et la province apparaissent et beaucoup aussi appellent le CUARH à s’intéresser au quotidien des homos, au besoin de se vivre de manière plus positive.

Mais quoi qu’il en soit, le mouvement est lancé. Pour la première fois, les gais et les lesbiennes ont créé un mouvement associatif organisé et décidé à faire avancer les droits, qui permettra quelques années plus tard à la gauche, quand elle arrivera au pouvoir, d’avoir des interlocuteurs crédibles et constructifs pour une nouvelle politique en direction de notre « communauté ».

Thomas Dupuy



Faire un don au Centre LGBT Paris-ÎdF, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris et Île-de-France Adhérer au Centre LGBT Paris-ÎdF, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris et Île-de-France


© Centre LGBT Paris-ÎdF | Page des Volontaires | Page du CA | Réservation de salles | Plan du site | Contacter le webmaster | Site réalisé avec SPIP 3.1.6