Centre LGBT Paris-ÎdF, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris et Île-de-France

Février 1984 aux Etats-Unis : saunas, attention danger !

 

Ce mois de février 1984, la ville de San Francisco est en émoi ! Un groupe de militants gais, conduit par Larry Littlejohn, annonce vouloir faire fermer les saunas et backrooms de la ville, afin de lutter contre la propagation du sida. Ils visent à obtenir l’organisation d’un référendum sur le sujet, en même temps que les prochaines élections municipales. La maire de la ville, Dianne Feinstein, évite de trancher elle-même, et confie une mission d’étude au docteur Mervyn F. Silverman, chef des services de santé de la ville, qui pourra, s’il le juge nécessaire, lancer un arrêté municipal pour fermer tout établissement jugé dangereux pour la santé publique.

La plupart des homos californiens s’élèvent contre cette perspective liberticide, dans laquelle ils ne voient qu’un retour à l’ordre moral. Ils remportent une première manche quand, le 30 mars, Silverman rend ses premières conclusions : il se prononce contre la fermeture autoritaire des établissements de consommation sexuelle gaie.
Las, à la fin du mois de mai, le même Silverman finit par faire adopter un décret municipal qui implique la fermeture de tous les saunas de San Francisco ! Les militants dénoncent aussitôt une opération masquée de nettoyage puritain avant la convention démocrate prévue en juillet dans la ville… Ils reprennent le combat, expliquent que la fermeture va pousser les gais à aller investir les parcs la nuit. Ils invoquent aussi l’illégalité d’une mesure qui porte atteinte à la sacro-sainte liberté du commerce. Si bien que la décision initiale finit par être suspendue…

Au-delà de San Francisco, les saunas sont dans l’œil du cyclone dans la totalité des Etats-Unis. Les ligues de moralité prennent prétexte du danger sanitaire pour réclamer la fermeture de tous les lieux de promiscuité sexuelle. Ceci alors même que les clients se montrent de plus en plus frileux, que la fréquentation des saunas baisse d’elle-même et que les rapports y deviennent de plus en plus prudents. Aussi, les propriétaires s’efforcent très vite de diffuser des campagnes de prévention au sein de leurs établissements.

Mais on connaît le poids des églises Outre-Atlantique. De forts mouvements de lobbying, dont la Moral Majority, demandent la fermeture des saunas, cette fois à l’échelle de tout le pays. Début octobre 1985, le Congrès américain autorise le Secrétaire d’Etat à la Santé à prendre toutes mesures nécessaires pour obtenir la fermeture des saunas homosexuels ; le Surgeon General, autorité médicale suprême à Washington, pourra demander à tout établissement de tirer le rideau, pour raison de santé publique !

Dès la fin de l’année, les autorités sanitaires de la ville de New York décident ainsi la fermeture, à titre provisoire certes, du Mineshaft, club de baise sado-maso, en novembre, et du St. Mark’s Bath, le plus grand et le plus connu des saunas d’Amérique du Nord, en décembre…

La société américaine se contracte donc face aux ravages du sida, comme l’Europe se raidissait déjà au XVIème Siècle en Europe face aux grandes épidémies de peste. En 1516, ne lisait-on pas déjà « Etuves et bains, je vous en prie, fuyez-les ou vous en mourrez », alors que les autorités médicales de l’époque redoutaient que la chaleur dilate les pores de la peau, laissant ainsi pénétrer l’infection ? n

Thomas Dupuy

Sources : Gai Pied Hebdo n° 214 (avril 1984), n°189 (12 octobre 1985), 198 (14 décembre 1985)…

Le mois prochain : Mars 1988, Les séropos de l’Hôtel de Ville



Faire un don au Centre LGBT Paris-ÎdF, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris et Île-de-France Adhérer au Centre LGBT Paris-ÎdF, le Centre Lesbien, Gai, Bi et Trans de Paris et Île-de-France


© Centre LGBT Paris-ÎdF | Page des Volontaires | Page du CA | Réservation de salles | Plan du site | Contacter le webmaster | Site réalisé avec SPIP 3.1.8